Démarche

demarche par luc girouard

Je manipule graphiquement ce que je vis sur le web. Je cherche à ramener mon univers numérique dans un espace tridimensionnel où je retrouve le même état que lorsque je suis devant un paysage.

Illustratrice, designer et artiste pluridisciplinaire, je m’exprime aussi par une pratique transmédia intégrant l’art mobile. Celui-ci redéfinit et actualise le mode de représentation et de communication en questionnant la mobilité dans l’art et les nouvelles manières d’aborder la création et sa diffusion.

Mes images sont créées et éditées sur appareils mobiles et hybrides. Ces instruments low Tech s’intègrent aujourd’hui à ma démarche comme outils de création. Au-delà de l’aspect «gadget» ou de la fonction utilitaire des médiums d’expression que j’utilise (téléphone intelligent, tablette numérique, appareil photo hybride), il y a l’outil dont la mobilité et la proximité m’immergent perpétuellement en mode de création et de partage. C’est à partir de cet état d’éveil numérique, levier central de ma démarche, que cette dernière démarre.

Majoritairement, mes images ne sont pas capturées pour répondre aux besoins d’un concept. Mes photographies, je les collectionne. Mes disques durs se remplissent; les paysages s’empilent par date, par lieu, par histoire. Je sors photographier spontanément quand j’en ai envie, quand ma perception du magnifique est devant moi, quand l’environnement géographique devient graphique. Ces photos seront les prémices d’une oeuvre, elles ne seront jamais diffusées ou utilisées à leur état natif.  La manipulation numérique est le cœur de mon travail conceptuel. C’est au stade de la manipulation que toutes mes connaissances sont utilisées, que je cherche réponses à mes interrogations.

Mes séries imposent leur recette et leur méthodologie puisque j’établis une stratégie de production, un protocole de création pour chaque corpus. Je transpose mes images d’une plateforme à une autre afin de rendre le concept le plus près de ce que je recherche et plus apte à répondre aux questionnements qui ont provoqué sa naissance.

Fortement alimentée par mon environnement numérique, je travaille et j’assume la zone d’imprévus résultant des  contraintes techniques des médiums que je préconise. Plusieurs symboles du Web 2.0 forment ma signature: le carré imposé par les plateformes des médias sociaux, l’augmentation du bruit numérique résultat de l’utilisation d’un appareil low-Tech, la mise en contexte de l’image par mots-clics (hashtags), l’intégration de code binaire issu de la transmutation d’une image en données et l’utilisation des plateformes Internet en tant que médium.

Dans chacune de mes séries se révèle une dualité : célébration de l’éclectisme numérique et représentation d’un site naturel rural. Je travaille presque exclusivement le paysage québécois; je confronte son aspect paisible, introspectif, contemplatif, aléatoire, à une tout autre énergie, celle de la technologie où prédominent la consommation rapide, la surabondance d’images, la froideur de l’écran et où tout est calculé.

C’est devant l’écran à consommer du numérique, à naviguer sur le web, à essayer des plateformes médias, à socialiser virtuellement  que mes concepts émergent issus d’expériences vécues à travers cet environnement. Quand je suis en période de recherche, je diffuse tests et essais sur les plateformes usuelles de médias sociaux: Instagram, Twitter et Facebook essentiellement, afin d’inscrire mon travail dans le temps, dans la ligne du temps numérique. Les images sont accompagnées de mots-clics qui en expliquent ou expriment le contenu, ou encore qui leur suggèrent un autre niveau. Ce processus est présent pour chacun des corpus qui sont tous propulsés dans l’univers numérique avant d’être imprimés et exposés.

La finalité de l’œuvre se résumé au pixel devenu matériel, lorsque le RGB des images sur mes écrans est transformé en CMYK sur un support 2D. Je manipule graphiquement ce que je vis sur le web. Je cherche à ramener mon univers numérique dans un espace tridimensionnel où je retrouve le même état que lorsque je suis devant un paysage.

English version available

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestShare on TumblrTweet about this on Twitter